Nouvelle scène française « Thomas Fersen »

Le Parisiens Thomas Fersen qui vient tout juste de souffler ses 50 bougies est tout simplement surprenant, avec ses textes habités et inspiré des chansons Paillardes de sa tendre jeunesse il nous touche, c’est clair, sa voix rocailleuse, son humour, ses personnages et ses histoires, ses rythmes ne peuvent que nous emportez. Avec ses multiple albums écrit au fil des années depuis 1993, il n’a sans nul doute pas fini de nous faire valser.

 

Nouvelle scène française « Thomas Fersen »

Thomas Fersen c’est 9 albums entre 1993 et 2011 dont son best of et 3 album live entre 2001 et 2006

Mais c’est aussi des duo avec d’autres artiste comme Emilie Loizeau ou Jeanne Cheral. Il fera des reprises comme « Madeleine » de Jacques Brel ou en core « Barcelone » de Boris Vian. Il écrira le titre « les piles » pour Vanessa Paradis sur l’album Divinidylle et apparaîtra aussi dans le long métrage « Mon Ange » de Serge Frydman aux côté de cette dernière.

Oui Thomas Fersen comme d’autre artiste de ce genre a plus d’une corde à son arc.

 

Nouvelle scène française « Thomas Fersen »

Je vous avais promis de vous reparler de l’album best of, ça va être chose faite.

Oui parce que pour son best of Thomas Fersen sort son «instrument de compagnie» : le ukulélé

Il l’a toujours avec lui. Ils se sont rencontrés en 1997 alors que Joseph Racaille jouait l’introduction de sa chanson «Bijou» au ukulélé, et depuis ils ne se sont pas quittés. Il en a trouvé un dans un petit magasin de Steton Island, à New York, un petit Martin des années 50 qu’il n’a plus quitté. Souvent à la fin des concerts, il interprétais une petite chanson de Michel Simon, Tino Rossi ou Luis Mariano avec. Toujours dans son sac, le petit instrument «teigneux» lui sert à tout, à se «chauffer la voix», «pour s’amuser», mais aussi pour composer…

Tout est parti d’une envie soudaine de simplicité. Après ses dernières tournées, il avait envie de refaire des spectacle à deux, quelque chose de plus léger, mais il a également ressenti la nécessité d’éprouver son répertoire avec une instrumentation réduite et traditionnelle. C’est avec son compère Pierre Sangra qu’il se lance dans l’aventure en 2006, adaptant ses titres pour un ukulélé. S’en suit une tournée. Et comme ils ont eut beaucoup de plaisir, ils ont continué et décidé d’enregistrer ce best of».

Nouvelle scène française « Thomas Fersen »

Fersen explique dans une interview qu’on lui demandait toujours si il avait écouté les grands maîtres de la chanson française… Par insolence, il aime répondre que non, c’était la chanson paillarde qui l’avait initié, ce qui est vrai, en plus. C’est comme ça qu’il a découvert la chanson, à l’école communale car à la maison ils n’écoutaient pas ça. Il aime à dire qu’il en a un répertoire assez long dans lequel il aimait briller. Et ça se sent dans ses chansons : elles ont cette forme et ces structures. Elles n’en n’ont pas le contenu mais elles ont la rime, elles sont toujours au présent. Elles contiennent des sous-entendu et ce ramdam propre à ce style… Elles sont construites, ce ne sont pas des phrases qui évoquent des choses, c’est une histoire, il y a une chute, un côté ritournelle. Il explique que c’est pour ça qu’il a vraiment rencontré la chanson quand il était gamin.

Quand il ’écrit ses chansons, elles sont destinées à être interprétées sur scène, D’ailleurs sur scène, Thomas Fersen fait preuve d’une belle générosité et d’une belle énergie. Il s’est créé un personnage, et s’amuse avec le public.
Pour lui le principe même de faire du spectacle, c’est la générosité. Il a envie de donner beaucoup aux gens qui sont venus et qui ont payé leur place. Ecrire des chansons c’est dans la tête, c’est intellectuel comme travail, alors que le concert, c’est physique. En tout cas il met les pieds dans la vie à fond parce qu’il aime l’humanité des concerts et cette chaleur humaine. Et moi j’en vécu un et franchement c’est une découverte extraordinaire.


Nouvelle scène française « Thomas Fersen »

Vous aurez peut être déjà compris que Thomas Fersen possède son univers bien à lui, décalé, plein de fantaisie et de poésie, d’humour et de tendresse. Son imagination semble sans limite. Dans ses chansons, mais aussi dans ses interviews, on retrouve quelques thèmes récurrents. Par exemple les animaux, ils sont très présents dans les chansons de Thomas Fersen que ce soit dans les titres de chansons comme par exemple « La Chauve-Souris » ou en tant que personnages dans « le cheval Bucéphale », que vous allez découvrir tout vite après ou sur les pochettes de ses albums. Les prénoms sont tout aussi présents que les animaux dans ses chansons, puis les objets aussi, il aime les objets et les accessoires comme les chapeaux, tapis, meubles … que l’on retrouve d’ailleurs sur scène. Puis il y a comme je l’ai dit il y a peut « La chanson paillarde » qui l’a beaucoup marqué dans son enfance, et influence maintenant son écriture.

 

Nouvelle scène française « Thomas Fersen »

Au fil des albums et des tournées, notamment avec son fidèle guitariste Pierre Sangra et bien que peu présent à la télévision, entre autres parce qu’il refuse de chanter en play-back, il gagne cependant en popularité d’année en année. En 2007 sort un best of de reprise accompagnées au ukulélé, dont je vous parlerais plus en détails dans quelques jours. En 2008 l’album Trois petits tours est consacré au voyages aux bagages et aux douaniers. En 2009 il revient avec un style plus épuré et le musicien Alejandro Barcelona. Il sillonnera les routes jusqu’en 2010.
En janvier 2011, départ d’une nouvelle tournée « Détour par le château du comte » avec le retour de Christophe Cravero à la batterie et arrivée de Véronique Maffart au violon. L’album « Je suis au paradis » sort le 7 mars 2011.
À partir de février 2012, Thomas Fersen s’essaie à un nouveau genre, le conte musical. Il entame une série de représentations de l’Histoire du Soldat sur les texte de Charles Ferdinand Ramuz et musique d’Igor Stravinsky.

 

Nouvelle scène française « Thomas Fersen »

On cherche toujours un responsable de la naissance de la nouvelle nouvelle nouvelle, etc, chanson française. Nul doute que Thomas Fersen, dès son premier bal, un Bal des oiseaux 1er album sortit en 1993, y a été pour quelque chose. Il ne tient peut-être pas à endosser cette paternité; disons plutôt, alors, qu’il a renouvelé l’art mineur, y a glissé des folies, des fables, des noirceurs, des bêtes pas bêtes, des hommes bizarres, des femmes fatalement fatales, et des ukulélés, dans son best of entre autre.

 

Nouvelle scène française « Thomas Fersen »

Le succès pour Thomas Fersen arrive en 1991, il est engagé pour jouer dans un banquet, il a alors un répertoire de 20 minutes pour tenir 3 heures de concerts, il avoue qu’Hey Jude des Beatles l’a sauvé, le titre pouvant être étirer durant des heures;-). Cet instant à été génial pour Thomas Fersen, il dit qu’il avait l’impression de servir à quelque chose, les gens étaient sous le charme
Il signera plus tard chez Warner où il montera son propre label Tôt ou tard. Jamais entendu parlé de ce label?! Quoi?! Cela voudrait dire que vous ne suivez pas mes rubriques depuis toutes ces années?! Tôt ou tard produit entre autre « Tête Raides » « Da Silva » Jeanne Cheral », mais aussi Shaka Ponk ou encore Yael Naïm.
Enfin en 92 il enregistre son 1er album « Le Bal des oiseaux » et en 93 il devient disque d’or et lui vaut une victoire de la musique, à 30 ans sa carrière est bien lancée. Viendra par jusqu’à nos jours plus de dix albums.

Nouvelle scène française « Thomas Fersen »

téléchargement (3)Thomas Fersen est un auteur compositeur interprète français né en 63 à Paris.
En 69 la famille s’installe dans le 20ème arrondissement de Paris. C’est à l’école communale qu’il découvre la chanson par le biais des chansons Paillardes. Plus tard il rêvera devant les vitrines de magasin de musique du quartier. Sa mère lui offrira sa première guitare en 1977 il est alors âgé de 14 ans. Bercé par la musique anglo-saxonne lors de quelques voyages en Angleterre alors que le Punk fait ses débuts. Thomas commence à écrire ses première chansons et monte des groupes de musique.
Il sera câbleur avant de se consacrer totalement à la chanson.
C’est durant l’été 86, où il part en Amérique Centrale, puis à Cuba et c’est à son retour qu’il décide de se faire nommé Thomas Fersen il emprunte le prénom d’un joueur de foot mexicain, puis Fersen venant d’Axel de Fersen, l’amant supposé de Marie Antoinette.
En 88 il sort son 1er 45 tours « Ton héros Jane » qui ne rencontre pas de succès puis un deuxième suit en 1990 avec « Peuple de la nuit ».
En 93 sort son 1er album « Le bal des oiseaux »