Rubrique Cinéma Japonais 23 février 2011

Le film d’aujourd’hui

L’ETE DE KIKUJIRO

Aujourd’hui c’est toute émotionnée que je vous présente un bijoux de film, une ode à l’enfance, aux souvenirs d’été, à la mélancolie, celle qui fait sourire… L’été de Kikujiro, sorti en 1999, ou LE film qui m’a fait découvrir le cinéma japonais, LE film qui m’a appris que voir un film en version originale transcende et exalte le plaisir de consommer une œuvre dans son entier, et finalement, LE film qui m’a fait rencontrer le monde merveilleux et délirant de Takeshi Kitano, l’homme aux mille visages…

httpv://www.youtube.com/watch?v=te5gmO6nj9w

Résumé

C’est l’histoire d’un gosse de Tokyo, Massao, dix ans, qui vit avec sa grand-mère. C’est le début des vacances d’été, et si les premiers jours, ça l’amuse de courir partout, et de s’inventer des jeux de son âge, il est quand même tout seul, et assez vite, il s’ennuie grave. Et puis il rencontre un gaillard bizarre, nommé Kikujiro, un vieux yakusa de 50 ans, un peu grossier, un peu voleur, mais gentil dans le fond. C’est avec lui que Massao va tailler un bout de route à la recherche de sa maman, qu’il n’a pas vue depuis longtemps – la seule information connue est qu’elle vit au bord de la mer… Le duo improvise alors leurs moyens de locomotion à travers le pays et vont rencontrer, lors de leur périple, un petit groupe de personnages insolites…

L’été de Kikujiro est considéré à la fois comme l’œuvre la plus amusante et la moins travaillée de Kitano. Destiné à toute la famille, le film fut inspiré du Magicien d’Oz, dont les prémisses sont un road trip. Si les éléments récurrents de l’œuvre de Kitano sont présents: dessins, vignettes, bords de mer, temples et anges, le thème du gangster, pour lequel Kitano est connu jusqu’alors, est très peu présent, prouvant au public qu’il est capable d’autres genres!

Le personnage de Kikujiro est joué par Takeshi Kitano lui-même, et, pour la petit histoire – et là je vous donne l’info qui va faire de vous des vrais connaisseurs: lorsque Monsieur Kitano réalise, on voit au générique son nom de metteur en scène « Takeshi Kitano », et lorsque Monsieur Kitano joue un rôle, au générique, on lira « Beat Takeshi », son nom de scène. Donc dans un même générique, comme dans l’été de Kikujiro, vous lirez « réalisé par Takeshi Kitano », avec « Beat Takeshi », et vous croirez que c’est deux personnes différentes! ET BEN NON!!!! C’est le même. Ah, les artistes…

Quoi qu’il en soit, Beat ou Takeshi ou les deux, KITANO, c’est un nom à retenir dans la liste des cinéastes japonais. Ce mec, c’est déjà une légende. Sa vie pourrait facilement servir de scénario à un film, tant son existence fut riche et passionnante. Aujourd’hui âgé de plus de 60 ans, son CV contient quand même les métiers suivants: acteur, réalisateur, scénariste, auteur, producteur et monteur. Mais que ne fait-il pas??? Je vous épargne sa biographie complète, il y a trop de matière, il aurait fallu une émission de deux heures par jour qui lui soit entièrement consacrée pour en venir à bout…

Alors restons sur Kikujiro. Un personnage, fascinant, qui bouffe la lumière et vole la vedette aux autres comédiens dès qu’il apparaît à l’écran – il a une « tronche » comme on dit. Il a perdu la mobilité d’une partie de son visage lors d’un accident de moto, et il lui reste un espèce de tic qui le fait cligner de l’oeil toute les 10 secondes… Je vous dis ça, pas que vous croyiez que ça fait partie de la composition du personnage, comme on pourrait le croire, tant cela ajoute à son rôle. Il est comme ça. Il est tiqué. Dans tous ses films. Et ça ajoute à l’empathie du spectateur pour le bonhomme, le sentiment qu’il nous est, quelque part, un peu familier…

Ce qui est si chOOOOOOli dans cette histoire c’est le duo amusant du jeunot et du vieux roublard. Brute et gaffeur, Kikujiro devient de plus en plus agréable vis-à-vis de Massao, tentant par tous les moyens de le divertir avec ses idées farfelues… Alors bien sûr, ce faisant, il divertit aussi le spectateur, avec brio! Ces petites trouvailles qui sortent de l’ordinaire, donnent lieu à des scènes délirantes où Kikujiro fait usage d’une bande de gai-lurons chopé au passage pour faire marrer encore plus le petit… Des scènes d’ailleurs pour la plupart improvisées avec les acteurs, ce qui rend le tout encore plus vivant! Alors forcément l’homme et l’enfant finiront par s’attacher complètement, le vieil homme va gagner en humanité, au bout du compte. C’était prévisible mais, c’est fait avec tellement de sensibilité, d’humour et de burlesque, qu’en tant que spectateurs au coeur d’enfant, on est surpris, ému, conquis.

LA MUSIQUE DU FILM

Ah la musique ! Que vaudrait un film de Kitano sans la musique de Joe Hisaishi? Oui LE fameux, rappelez-vous ce que j’en disais mardi: il est à la musique de film japonais ce que John Williams est à la musique des films de Spielberg!

Voilà une des bandes originales les plus belles DU MONDE!!! Le musicien y a composé des morceaux planants, gigantesques, attirant le spectateur subjugué dans des méandres de sons et de lumières. C’est un tout, un lien magique entre l’image et le son, l’histoire et l’harmonie musicale. Des notes apaisantes, aériennes, douces et mélancoliques…

Allez, on se détend, on ferme les yeux, on écoute…

httpv://www.youtube.com/watch?v=CjXvptz3pW8

Bon, vous j’sais pas, mais moi, j’ai versé ma petite larme… je trouve que même si on a pas pas vu le film – cette musique déclenche des choses à l’intérieur de soi qui font presque peur tellement ça fait tout du bien, tout du chaud au coeur, tout de la nostalgie qu’on sait pas d’oú elle vient…

Ok hein, y a un côté triste, mais on va pas finir la dessus, c’est quand même joyeux, comme le film, c’est un océan de bonheur à perte de vue! L’été de Kikujiro, en 1999, c’était l’été de tous les miracles, pour le cinéma japonais, pour les spectateurs, pour Kitano… Loin de ses oeuvres violentes, l’auteur nous livrait à l’époque son film le plus lumineux.

D’ailleurs, celui-là, plus que tous les autres, OUI, je vous SOMME de le voir! Même si vous devez braver la loi et télécharger, et bien, téléchargez que diable!!!!!

Ici le site de Takeshi Kitano

Dame Ginette