Rubrique Cinéma BD

« Tintin »

Eh bien voilà, on est repartis pour une série de film, pour cette rubrique cinéma 2014. Avec un thème fort intéressant! Cette année les bulles… La BD. Ce qui m’a amené à faire des choix cornéliens pour mes 7 film de cette 24ème édition. J’ai choisi des films tiré de BD, culte ou pas. Après avoir réfléchis, fait des listes, ajouter ou retirer  certain films, j’ai fini par y arriver 🙂 ne vous inquiétez pas. Alors j’espère vous donner envie de voir ou certainement de revoir quelques’uns de ces films.

Pour l’heure, le premier film dont je vais vous parler est tiré, certes d’une des BD européennes du XXe siècle les plus célèbre et populaire, 200 millions d’exemplaires vendu tout de même, il s’agit de Tintin. Il m’était impossible de parler de BD sans parler de ce héro Belge, dessiné et scénarisé par George Remi, dit Hergé, pour la première fois le 10 janvier 1929, dans le petit vingtième, supplément hebdomadaire pour enfants du journal belge Le Vingtième Siècle.

Un bon nombre de film adapté des BD est existant, mais bien sûr, surtout de l’animation. Il existe deux film en prise de vue réelle, Tintin et le Mystère de la Toison d’Or, sortit en 1961, de Jean-Jacques Vierne, puis en 1964 Tintin et les Oranges Bleues réalisé par Philippe Condroyer. Mais le film qui nous intéresse aujourd’hui et que je vais décortiquer pour vous, c’est Tintin et le secret de la Licorne, film en capture de mouvement 3D, réalisé en 2011 par Steven Spielberg et produit par Peter Jackson.

 

BANDE ANNONCE

 

Bon, pas besoin d’entrer trop en détail sur ce Tintin, car je suis sûr que tout le monde le connait, ce jeune reporter et globe-trotteur qui se retrouve mêlé à des affaires dangereuses dans lesquelles il passe héroïquement à l’action pour sauver la mise, accompagné de Milou, qui au fil des albums est rejoint par des personnage récurrents, comme les détectives Dupond et Dupont le professeur Tournesol et bien sur le capitaine Haddock, buveur invétéré, amateur inconditionnel de whisky qui dans ses moments d’ivresse provoque souvent un effet comique. Ce dernier emploie une palette colorée d’insultes et de jurons pour exprimer sa mauvaise humeur, tels que: «mille millions (ou mille milliards) de mille sabords», «tonnerre de Brest», «troglodyte», «bachi-bouzouk», «ectoplasme», «anacoluthe», «choléra», «va-nu-pieds», ou encore «Marchand de tapis».

Tintin, se ballade dans une brocante et tombe sur une magnifique maquette de « La licorne », qu’il décide d’acheter. Il est immédiatement accosté par Barnabé, un policier et Ivan Ivanovitch Sakharine, un homme mystérieux, qui tentent de racheter le modèle réduit, mais sans succès.

Une fois rentré chez lui, Milou chasse un chat qui s’était aventuré dans l’appartement, c’est alors que la maquette se casse. Un petit parchemin qui était caché dans l’un des mâts tombe sur le sol et roule sous une commode.

affiche

Tintin se demande bien pourquoi les gens sont tellement intéressé par cette, maquette et se met à faire son travail de reporter, en enquêtant sur cette Licorne. En revenant chez lui il constate que la maquette a disparu. Il rend alors  visite à Sakharine au Château de Moulinsart, où il découvre l’existence d’une deuxième maquette identique. En rentrant, il retrouve son appartement sans dessus dessous. C’est alors que le bon Milou attire son attention sous la commode, où il retrouve le parchemin. Peu après, Barnabé se rend vers Tintin, mais il se fait tuer avant d’avoir pu l’avertir du danger qui le menaçait.

Tintin se retrouve enlever par les Homme de Sakharine et se retrouve sur le Karaboudjan le bateau du capitaine Haddock également retenu , où il fera sa connaissance pour la première fois.

Après moultes mésaventures entre mer et désert, déshydraté par la chaleur et souffrant d’un grand manque d’alcool, Haddock se met à halluciner et raconte l’histoire de son ancêtre, le chevalier François de Hadoque, capitaine de a Licorne au 17ème siècle. Navire attaqué par un navire pirate, commandé par Rackam le Rouge, après avoir été provisoirement mis hors de combat, fait prisonnier, s’être échappé et avoir vaincu Rackham, François de Hadoque coule son propre bateau. Par la suite, il fabrique des modèles réduits de son navire, un pour chacun de ses trois fils.

Tintin et Haddock parviendront-ils a trouver le trésors de cet  ancêtre?

 

desert

Tintin apparaît pour la première fois dans l’album Tintin au pays des Soviets. Les BD ont été traduites en une cinquantaine de langues et sont adaptées à de nombreuses reprises.

De 1930 à 1986, c’est 24 albums classique qui sont publiés.

Mais pour ce film, le scénario s’inspire seulement de trois des albums, il s’agit du Crabe aux Pince d’Or sortit en novembre 1941, Le Secret de la Licorne, octobre 1943 et enfin, Le Trésor de Rackham le Rouge, sortit lui en novembre 1944.

Hergé était favorable aux adaptations de Tintin, et il encourageait ses équipes à participer à des projets d’animation de la série. Aux théâtre c’est 7 adaptation de 1941 à 2005. A la télévision c’est trois séries animées de 7 épisodes en 1957 et 21 épisodes en 1992. Et pour le cinéma c’est 4 animations et deux film en prise de vue réelle, plus celui de Spielberg.

Les-aventures-de-Tintin-Le-secret-de-la-licorne-6

En 1983 Spielberg prend une option sur les droits de Tintin peu avant la mort d’Hergé. En novembre 2002 Dreamworks achète les droits cinématographiques de tous les albums et décide de produire une trilogie en images de synthèse.

A venir donc en 2015 avec un titre provisoire, Les Aventures de Tintin Le Temple du Soleil coréalisé par Spielberg et Peter Jackson, puis en 2018, le troisième volet des Aventures de Tintin avec un titre encore inconnu.

Même si seulement trois albums sont mélangés à l’histoire, une foule de référence à d’autres albums sont présentes dans le film – si vous croyez bien connaître la série, tentez de tous les retrouver!

Le film ne reprend quasiment aucun élément de l’album Le Trésor de Rackham le Rouge, qui sera plutôt intégré au deuxième film. C’est pourquoi après des mois de spéculations, que Spielberg annonce que le professeur Tournesol ne fera pas partie des Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne.

La série de BD est appréciée pour ses dessins qui mélangent personnages aux proportions exagérées et décors réalistes. Les intrigues des albums mélangent les genres, aventure à l’autre bout du monde, enquêtes policière, histoire d’espionnage, science fiction ou encore du fantastique. Les histoires racontées dans Tintin font toujours la part belle à l’humour, contrebalancé dans les albums plus tardifs par un certain sens de l’ironie et une réflexion sur la société.

Hergé a, dans les premiers temps, créé Les Aventure de Tintin en improvisant, ne sachant pas à l’avance de quelle manière le héros se sortirait de toutes ses mésaventures. Il n’a été amené à documenter et à prévoir ses scénarios qu’après avoir terminé Les Cigare du Pharaon. Des événements extérieurs obligent Hergé à effectuer d’autres changements dans sa manière de créer ses bandes dessinées. La seconde Guerre mondiale et l’invasion de la Belgique perturbe le travail d’Hergé, mais pas entièrement, il continuera, malgré la raréfaction du papier.

 mer

En 42 Hergé passe à la couleur, qui donne une plus grande envergure à son œuvre. L’emploi de la couleur fait ressortir les détails importants et il va créer des planches sans bulles. Hergé insiste sur ce point en affirmant qu’il considère ses histoires comme des films, et ça tombe bien! Donc, pas de narration, pas de description. Toute l’importance, il la donne à l’image.

Hergé s’est représenté lui-même dans certains de ses albums. On le reconnaît facilement à des signes distinctifs: une silhouette grande et maigre, une chevelure blonde, courte et abondante, un visage long et étroit, des joues creuses, un nez pointu, un menton en retrait. Il est un simple figurant.

Et Spielberg lui rend hommage en le faisant apparaître dans le film. Au début, Tintin se fait tirer le portrait par un artiste. Cet artiste ressemble énormément à Hergé.

Tintin et le secret de la Licorne est tout de même l’un des films les plus attendus de l’année 2011. Bien que la production ait débuté  en janvier 2009 pour le premier volet de la trilogie les premières prises de vues du film ont été faites, par Spielberg, en trente-deux jours seulement avant de passer la main à Peter Jackson qui travaillera ensuite sur les effets spéciaux pour les dix-huit prochains mois.

 image de capture

Le film est donc fait en capture de mouvement, c’est une méthode révolutionnaire en matière d’animation. Avec cet outil, plus besoin de décors extérieurs ! Tout le tournage s’effectue en studio, les acteurs intégrant des combinaisons recouvertes de capteurs numériques permettant aux logiciels informatiques de les reproduire à l’identique en images de synthèse, et ensuite en modelant les personnages selon les modèles des acteurs. Ce genre de technique, qui habituellement est peu apprécié des critiques à cause de ses modèles «statiques» et pas suffisamment animés, a été pour le moins extrêmement bien réussie pour ces Aventures de Tintin.

Le projet est né dans les années 80, peu de temps après la sortie du premier film Indiana Jones, Les Aventuriers de l’Arche perdue, quand Spielberg découvre la critique d’un journaliste ayant comparé «Indy» à Tintin, personnage inconnu de Spielberg à ce moment. Il s’est donc renseigné, en lisant toute la collection d’Hergé, qu’il devait rencontrer peu de temps avant sa mort. C’est un peu après qu’il rencontra l’épouse d’Hergé, Fanny Remi. Celle-ci entame alors les droits d’adaptation. De son vivant, Hergé considérait Spielberg comme le meilleur réalisateur possible pour adapter Tintin sur grand écran. Dommage qu’il n’ai pas pu voir le résultat…

De nombreux spectateurs s’attendaient à retrouver les voix originales de la série T.V «Les Aventures de Tintin» de 1992, puisque ces voix ont tant marqué l’inconscient collectif depuis près de 20 ans.

On pouvait donc entendre à l’époque : Thierry Wermuth (sur Tintin), Christian Pelissier (sur le Capitaine Haddock), ou encore Yves Barsacq & Jean-Pierre Moulin (sur les Dupont & Dupond).

Au grand regret de certains spectateurs, il semblerait que ni le distributeur français, ni le directeur artistique, Jean-Philippe Puymartin (voix française de Tom Hanks) n’aient été décidés à faire passer des essais aux comédiens de la série T.V… On retrouve ainsi au casting des voix française Benjamin Bollen pour Tintin, Patrick Bethune pour Haddock,  Guillaume Lebon et Pierre Laurent pour les Dupond et Dupont.

 tintin-licorne-632x355

Parlons un peut des acteurs. «L’avantage de la performance capture, c’est que le casting est ouvert à tous les acteurs. C’est le seul film où Simon Pegg et Nick Frost peuvent jouer des jumeaux, par exemple!»

Le premier interprète envisagé pour Tintin devait être Thomas Sangster (Love Actualy), mais il a dû se rétracter à cause d’un emploi du temps trop chargé. C’est finalement Jamie Bell connu pour son rôle dans Billy Eliot que Spielberg a choisi, ayant travaillé avec lui dans le remake de Kink Kong.

Andy Serkis? Ça vous dis quelque chose? Eh bien c’est lui qui interprète le capitaine Haddock. Et il est en passe de s’imposer comme le roi capture si ce n’est pas déjà fait, car il a également joué d’autres rôles bien connu, nécessitant aussi la capture de mouvement. Il n’est autre que Golum dans Le Seigneur des anneaux, César dans la planète des singe: les origine et King Kong de Peter Jackson, il a cependant craint qu’en plaisantant, ce dernier ne lui demande de jouer Milou. C’est Spielberg qui l’a choisi parce qu’«Il est brillant», dit-il. Il tient également le rôle de son ancêtre le chevalier François de Hadoque, le capitaine de la Licorne.

Le beau James Bond, Daniel Craig, tient lui, le rôle lui de Ivan Ivanovitch Sakharine et de Rackham le Rouge.

Même un Français est au générique. Et oui, Gad Elmaleh fait une apparition dans le rôle d’Omar Ben Salaad, un riche marchand arabe. Ce n’est pas la première fois qu’un Français figure au générique d’un film de Steven Spielberg, puisque François Truffaut, Nathalie Baye et Niels Arestrup, pour ne citer qu’eux, ont déjà pris part à son univers. Spielberg se dit un grand admirateur du cinéma français et de la culture française, à l’instar de nombreux metteurs en scène américains, comme Woody Allen ou Martin Scorcese par exemple.

Licorne BD

Spielberg a donc ses habitudes et aime travailler avec les mêmes personnes. Pour la bande originale de Tintin, on ne déroge pas la règle, il choisi John Williams, son collaborateur attitré depuis Sugarland Express en 1974. Les dent de la mer, Star Wars, E.T, c’est lui, Idiana Jones, c’est lui aussi. D’ailleurs certaines scènes du film ont un petit air de reviens-y, made Indiana Jones.

L’histoire est aussi intéressante que palpitante et la 3D est à couper le souffle, vraiment bien réussie. Je dois avouer que je partais réticente à découvrir ce film et au final, j’ai trouvé ça grandiose. Les personnages ont l’air totalement réels, à se demander, si c’est vraiment de la capture de mouvement ou de la prise de vue réelle. En tout cas le film réussit bien à capturer l’atmosphère des albums et à raconter son histoire d’une façon dont Hergé aurait été fier.

Promesse tenue donc, à Hergé et son épouse, Steven Spielberg a assuré dans une entrevue que, dans le film, il n’y aurait « pas de téléphone portable, pas de postes de télévision, pas de voitures modernes, juste l’Europe intemporelle. Il a respecté religieusement son art, jusque dans les personnages secondaires »

Pour les besoins de l’adaptation, les scénaristes ont intégré le mystère du Trésors de Rackham le Rouge à l’intrigue du Crabe aux pinces d’Or, et ont réécrit certains personnages, comme Ivan Ivanovitch Sakharine, personnage secondaire dans l’album Le secret de la licorne mais qui devient le méchant principal du film. Bianca Castiafore qui n’apparaît dans aucun des trois albums dont est tiré le film y est présente. De nombreuses références à d’autres albums sont également glissées dans le film comme par exemple; les nombreux articles dans le bureau de Tintin qui évoquent ses exploits passés dans Tintin au Congo, Les Cigares du Pharaon, L’Oreille cassée ou encore Le Sceptre d’Ottokar.  Il y a aussi la fuite de Sakharine dans une jeep identique à celle des Dupondt dans Tintin au pays de l’or noir. Autre référence à l’album du Temple du soleil quand tintin ralentit sa chute en s’agrippant aux pattes de l’aigle de Sackharine, comme avec le condor. Il y a aussi le Tank d’Omar Ben Salaad qui pourchasse les héros, comme dans L’ Affaire Tournesol.

Quand l’avion est en chute libre, Milou et le Capitaine Haddock aspirent des bulles d’alcool en apesanteur, comme dans la fusée de l’album On a marché sur la Lune.

Petit hommage au passage à L’Affaire Tournesol quand la Castafiore fait exploser le verre en chantant.

D’autres personnages comme celui de Barnabé sont transformés. Dans le film, Barnabé Dawes est un mélange entre Barnabé, homme de main des frères Loiseau et Bunji Kuraki, agent de la sûreté de Yokohama

 TINTIN BD

La première du film a eut lieu à Bruxelles, le 22 octobre 2011, en présence de Spielberg, de Kathleen Kenedy, de Jamie Bell et de Gad Elmaleh. Sont également présentes les personnalités locales comme Jean-Pierre Talbot, le tintin des année 60, Jaco Van Doromel, qui a failli adapter Tintin au Tibet au cinéma et Didier Van Cauwelae, auteur de l’adaptation en français de la comédie musicale Tintin et le Temple du Soleil. Les critiques belges, françaises et anglo-saxonnes sont positives dans leur majorité.

Courant 2011, la sortie européenne du film a été avancée de deux mois par rapport à l’américaine. la raison ? Le studio a décidé de tester le film sur le marché européen, avant de le sortir aux Etats-Unis où Tintin n’est pas très populaire. Du coup il  se fait devancer par Mission impossible; Protocole Fantôme et Sherlock Holmes; Jeux d’ombre. En fin d’exploitation sur le continent nord-américain, en février 2012, le film au budget de 135 millions de dollars,  aura rapporté environ 76  millions. C’est à l’international, avec presque 300 millions de recettes que le film rembourse son budget et réalise des bénéfices.

Où le film a été le plus incroyablement populaire, c’est en Europe et au Canada français, les deux endroits où la série est le mieux connue.

Il sera récompensé au Golden Globes 2012, au Satellite Awards 2012 et au Producers Guild Awards 2012 pour le meilleur film d’animation.

Pour conclure, voici quelque bonne raisons de voir ce film, parce que le premier personnage qui apparaît à l’écran n’est autre qu’Hergé. En matière d’hommage… pas mal, pour cette impression de voir la BD prendre vie devant nos yeux, pour la mise en scène de Spielberg, qui s’affranchit des limites spatiales sans trahir l’univers d’Hergé, Pour le générique de début (que vous pouvez entendre à l’instant) qui convoque toute la magie des BD, la beauté des décors, pour l’humour burlesque et la drôlerie des réparties d’Haddock, ou encore l’époustouflant combat en haute mer.

Du coup, c’est une fresque ludique, à la fois fidèle à l’esprit du bédéphile et totalement libre dans une mise en scène menée à 300 à l’heure comme un « Indiana Jones » sous acide accommodé à la sauce Hergé.

Les péripéties s’y enchaînent à un rythme effréné, nous laissant le souffle coupé et les yeux écarquillés, preuve que Steven Spielberg, demeure encore l’un des maîtres absolus en matière de scène d’action imaginatives.

Bref, c’est un film qui vaut la peine d’être vu, autant par les anciens admirateurs de Tintin que pour les nouveaux arrivants dans le monde du jeune reporter, alors n’hésitez-plus et faites-vous plaisir!

Pour la réalisation de cette rubrique

Aux sons El Rordi

Et au micro et à la technique votre dévouée animatrice

Source: wikipedia alociné