Nouvelle scène française « Les Têtes Raides »

En 1989, Têtes Raides joue au Printemps de Bourges et prépare son second album, Mange tes morts, qui verra le jour seulement en 1991 à cause d’un soucis de production chez les labels. Mange tes morts est plus électrique que l’album précédent, mais on y retrouve des rythmes ska, reggae, des rappels à la chanson d’auteur et des rapports au monde enfantin, apprécié autant de Têtes Raides que des Chats Pelés pour la spontanéité et la fraîcheur de son imagination. 1991 marque l’arrivée de Serge Bégout autodidacte, il arrive chez Têtes Raides après différentes expériences avec certaines formations musicales comme des groupes influencé par Magma qui mélangeait musique classique contemporaine, free jazz et rock d’avant-garde. La même année, le groupe repart en tournée avec les 3M, groupe de trois acrobates-jongleur. Entre temps, ils signent un accord avec le label WMD qui leur assure la production d’un nouveau disque, mais le retard dans la réalisation des nouvelles chansons les pousse vers l’auto-production. En automne, ils jouent pendant un mois à Paris au Théâtre des Déchargeurs, proposant les chansons du nouveau disque Les Oiseaux, à peine enregistré. Parmi les personnes qui assistent aux concerts, il y a Vincent Frèrebeau de la Warner Music et futur responsable du label Tôt ou Tard. En avril 1992, ils signent un contrat avec la Warner et ils sortent finalement leur nouvel album. Cette année marque aussi l’arrivée de Anne-Gaëlle Bisquay au violoncelle, qui apporte, avec Serge Bégout, un changement du style musical et du travail de composition en plus d’un passage à un nouveau son: les arrangements deviennent plus acoustiques, la musique devient plus proche de la chanson d’auteur. Les rythmes ska et rock des albums précédents reviennent néanmoins dans certains morceaux. Le style de l’album Les Oiseaux permet à Têtes Raides de jouer aussi bien dans les bars que dans les salles de concert comme au Théâtre Dejazet, ou au Bataclan.
L’identité Gratte Poil