Nouvelle scène française « Debout sur le zinc »

En 2004, Debout Sur Le Zinc en sont à plus de 80 concerts et sortent un album auto-produit, Des Singes et des Moutons, avec des chansons plus « produites ». Cette étape est marquée par la rencontre avec le réalisateur Stéphane Prin. En 2006 ils accélèrent le rythme des tournées partout en France avec des scènes marquantes comme l’Olympia, la Cigale, le Printemps de Bourges, Solidays et à l’étranger comme par exemple chez nous en Suisse mais aussi en Belgique, Russie et même Madagascar. Ils préparent en même temps un autre album, Les Promesses, toujours avec Stéphane Prin, avec une volonté de pousser un peu plus encore vers la musique électrique. Le 12 juillet 2009, ils clôturent le festival La Semo, sur la scène accompagnés de La Rue Ketanou et des Ogres de Barback. Debout sur le zinc fait partie de tous ces groupes qu’on a rangé à la fin des années 90 sous l’étiquette « nouvelle scène française ». On a l’impression que cette dernière est un peu passée de mode aujourd’hui, au profit d’une pop d’inspiration anglo-saxone. Ils disent avec franchise ne jamais vraiment avoir été à la mode, même si pendant quelques années la chanson française a repris du poil de la bête avec des groupes comme les Ogres… Mais ce n’est pas une question qu’ils se posent, ils adorent la musique anglo-saxone, mais ont encore beaucoup de chose à dire en français avant de passé à l’anglais.
Je vous propose un titre de l’album Des singes et des moutons avec Les Moutons