Nouvelle scène française « Camille »

En février 2009, pour le rendez-vous annuel des Victoires de la Musique, il y avait une grande absente. Catherine Ringer

Ce sont trois chefs de file de la relève qui se sont donc disputé la couronne d’interprète féminine de l’année : Anaïs, Yael Naim et bien sûr Camille, qui se verra remettre le prix de l’interprète féminine de l’année par Alain Chamfort.

Particulièrement émue – « bouleversée » n’est pas du tout abusif, au vu de la fébrilité de la lauréate -, la jeune femme, qui avait déjà glané deux Victoires en 2006 (album révélation et révélation scène) n’avait pas à dire sa surprise tant elle était visible. Elle pensait que ça serait Catherine Ringer. Alors c’est très heureuse, qu’elle remporte ce prix!

Mais en plus de celui-ci, en 2005 Camille remporte le Prix constantin pour le titre « Le fil », en 2006 elle remporte le Globe de Cristal pour la meilleure interprète féminine, puis en 2012 elle gagne le grand prix de la chanson française attribué par la Sacem.

Si la 28e cérémonie des Victoires de la Musique aura été une longue romance sans paroles, décernant contre toute attente 4 victoires, c’est sur un grand cri de joie qu’elle s’est achevée, en remettant à Camille la Victoire de la Chanson originale de l’année 2013.

Quelques minutes plus tôt, l’intéressée, en lice également dans la catégorie spectacle/tournée/concert de l’année , avait offert sur la scène du Zénith de Paris une nouvelle démonstration de l’élan vital et de la vie tripale qui anime son excellent album Ilo Veyou : sa performance sur allez allez allez, était certes décousue et moins percutante qu’en d’autres occasions, mais son désir humain et son énergie animale semblaient annoncer sa désignation comme Chanson de l’année par les votes du public.

Assise

Vous