Découverte suisse « The Pussywarmers »

Carnaval, oui mais normalement en février eh bien non! Carnaval au mois de juillet en 2013: telle est la mission que se sont assignée les cinq joyeux lurons tessinois de Pussywarmers et leur complice hongroise Réka. Jazz, rhythm’n’blues et funk étaient donc au programme des festivités de cette fanfare qui affectionne les cuivres, banjos et accordéons ainsi que les tenues extravagantes. Dans la rue ou sur scène, les Pussywarmers, qui auraient tout aussi bien pu voir le jour à La Nouvelle-Orléans dans les années 20, sont aussi à l’aise dans les ambiances festives que dans les marches funèbres. Leur label Voodoo Rhythm aime d’ailleurs à les présenter comme le groupe qui aurait pu jouer sur la première et dernière croisière du Titanic.pussywarmers voiture