Découverte Suisse « Orpheline » 21 février 2011

L’échappée belle

Elle est née à Lugano et y a poussé entre la culture américaine de son père (le premier basketteur professionnel qui se déplace en Europe après la guerre pour jouer avec les équipes les plus prestigieuses) et la culture européenne de sa mère. A 14 ans, elle suit ses parents en France, à Collonges, en Haute-Savoie. Mais cinq ans plus tard, c’est toute seule qu’elle part à New York.

«Les Etats-Unis, c’était un choix personnel, à cause de la musique. Je suis partie là-bas essayer de réaliser un rêve», dit-elle. Aux Etats-Unis, elle tente de concilier petits jobs, études, et musique, le soir, dans les bars et autres lounges.

Quand on arrive de Collonges, n’est-il pas un peu intimidant d’aller se frotter à la musique à New York? «Je ne suis pas quelqu’un qui a peur. Je suis plutôt une personne qui prend des risques, qui aime l’aventure, et qui aime réaliser ses rêves», dit Orpheline, apparemment très sûre d’elle. 

«Pour moi, le besoin de chanter était tellement fort que je ne me suis pas posée de questions. Si on s’en pose trop, on s’arrête! New York, c’est le ‘land of opportunities’, je me suis dit qu’il y aurait donc peut-être une opportunité pour moi». Pourtant, la concrétisation discographique de son rêve, ce n’est pas aux Etats-Unis qu’elle va la vivre, mais à Lugano, où elle rentre après quatre années passées à New York.

Le titre d’aujourd’hui

What time is it

Dame Ginette